TDAH : médication pendant les vacances ?

La question revient souvent en ce moment sur les réseaux sociaux : faut-il cesser la prise de méthylphénidate pendant les vacances ?

Beaucoup de médecins et de parents craignent les effets secondaires du médicament et ne le donne pas les jours sans école, les week end, ni pendant les vacances scolaires. Pourtant, si le TDAH a effectivement des répercussions  sur l’apprentissage, ce sont bien toutes les sphères de la vie de l’enfant qui sont affectées par le trouble. Aussi, si l’enfant souffre au quotidien de ses difficultés attentionnelles, de l’impulsivité, de l’hyperactivité, des difficultés relationnelles induites par le trouble, il n’y a aucune raison de cesser la prise du médicament, qui n’est pas là pour permettre à l’enfant d’être « sage » en classe, mais bien pour lui permettre d’apprendre à mettre en place des stratégies aussi bien dans les situations d’apprentissage que dans sa vie quotidienne, sans avoir à souffrir des dysrégulations induites par le TDAH.

Lorsque les effets secondaires sont importants, la pause de médication peut s’envisager, mais elle doit l’être pour des motifs valables, pas par une simple crainte. D’autant que souvent, c’est l’irrégularité de la prise qui provoque les maux de tête ou de ventre à répétition, et l’enfant ne sait plus comment agir et s’adapter lorsque les troubles sont un jour pris en charge et un autre jour non.

Le site RIRE, que je cite souvent, a rédigé un excellent article à propos de la pause estivale de médication, qui doit toujours s’envisager en concertation avec le médecin et l’enfant. Si pause il y a, elle doit être réalisée en fonction de chaque enfant et des répercussions du trouble, en aucun cas parce qu’on considère le médicament inutile en dehors du temps scolaire.

extrait : À la question : « Doit-on arrêter la médication pendant les vacances d’été? », le Dr Leroux répond qu’il n’existe de pas de réponse universelle, et que la réponse varie selon le cas. Toutefois, il affirme que, dans la plupart des cas, il est préférable de poursuivre la médication, et il met en garde les parents qui cessent le traitement sans en avoir préalablement discuté avec le médecin traitant. Avec le consentement de celui-ci, il est possible d’envisager l’ajustement des doses pour que la prescription soit adaptée au rythme de vie estival de l’enfant. Lire tout l’article : TDAH : Congé de médication pendant l’été? — RIRE

Et sur le même sujet,  un article d’un excellent blog en témoignage à lire ici.

Advertisements

3 réflexions sur “TDAH : médication pendant les vacances ?

  1. Premièrement moi je n’aurais jamais pris cette médication si j’aurais su toutes les symptôme plate qu’elle ma donner dont l’anxiété que maintenent je doit prendre des medicament en plus pour m’aider pour ce problème , mais je crois qu’il ne doivent pas arrêter la médication durant leurs congés parce que ses comme une drogue et moi quand je les arrêter d’un coup j’ai fait une grosse dépression..il faut que sa sois arrêter progressivement car ses plas plus le fun pour l’enfant.. Ont le le ses pas comment il va se sentir..et surtout ses de recommencer a zero! Sa joue sur le système ! Je les recommencer vela un ans et je ne peut pas m’en passer une journée aussi non je ne peut pas fonctionner je dormirais toute la journée et je suis vraiment dans la lune imaginer pour des enfant ! Ou pour ceux qui sont hyper actif!

    J'aime

    1. C’est souvent le TDAH lui-même et ses répercussions qui provoquent l’anxiété, bien d’avantage que le médicament, l’anxiété elle-même aggrave les troubles attentionnels.
      Le méthylphénidate ne provoque pas non plus d’addiction, les études le prouvent, pas d’addiction physique ni psychologique. Là encore, ce sont les troubles qui sont durs à vivre, pas l’absence de médicament. Il existe bien sûr pour certaines personnes des effets secondaires plus marqués que pour la majorité de la population, et il faut tenir compte de ces effets secondaires. Peut-être est-ce votre cas, mais sans la médication, les problèmes attentionnels que vous décrivez et qui vous empêchent de fonctionner seraient les mêmes. Le méthylphénidate ne guérit pas, il permet de maîtriser les symptômes. Pour mieux gérer le trouble, ce sont des accompagnements thérapeutiques qui permettront de pouvoir améliorer les capacités attentionnelles qui aideront à l’amélioration des symptômes et à la mise en place de stratégie. Cet accompagnement thérapeutique pourra alors permettre lorsqu’elle est efficace et bien mise en place et si le TDAH n’est pas trop sévère de réduire la dose de médication au fur et à mesure. C’est parce que vous avez pu « fonctionner correctement » avec le médicament qu’il est plus difficile de vivre avec le trouble, pas parce qu’il entraîne une addiction.
      Par ailleurs, les psychotropes tels que les anxiolytiques ont aussi des effets particulièrement délétères sur l’attention. Il est particulièrement difficile de trouver les bon dosage et les bonnes associations de médicaments pour chaque patient.

      J'aime

  2. Et je dirais aussi que, en période estivale, on se déplace davantage à pied ou à vélo généralement. L’attention y est primordiale.
    Pour ma part je vois la différence avec ou sans cet été pour mon fils de 8 ans qui prend du MPH depuis septembre dernier et qui maîtrise nettement mieux ses gestes à vélo. On a pu faire une balade extraordinaire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s