Troubles des fonctions exécutives

Les enfants ayant de faibles compétences en fonctions exécutives rencontrent des difficultés avec la planification, l’organisation et la gestion du temps. Si les causes exactes des troubles des fonctions exécutives ne sont pas totalement déterminées, on connaît néanmoins des causes probables et des facteurs contributifs. Les troubles des fonctions exécutives se rencontrent à différents degrés de gravité dans différentes pathologies, dont le TDAH.

les compétences de fonctions exécutives se développent à des rythmes différents selon les enfants et continuent de se développer tout au long de l’enfance. Votre enfant peut apprendre à optimiser ses points forts pour surmonter les faiblesses dans d’autres domaines. Vous pouvez l’y aider en adoptant des stratégies à la maison et des aménagements en classe, tels que des encouragements, des pense-bête et aide-mémoire, des répétitions…

– Gènes et Hérédité : Nous utilisons tous les compétences de fonctionnement exécutif pour aborder la réflexion et la résolution de problèmes.  Une étude de 2008 a révélé que les différences de ces compétences sont presque entièrement d’origine génétique. Il y a des chances que votre enfant les utilise différemment de ses pairs, mais plus probablement la façon dont vous le faites vous-mêmes. Votre enfant peut avoir hérité de vos faiblesses, mais aussi de vos points forts.
– Différences dans la structure du cerveau : les fonctions exécutives sont principalement contrôlées dans une zone du cerveau appelée le cortex préfrontal. Les blessures ou les maladies affectant le cortex préfrontal provoquent souvent des problèmes de fonctionnement exécutif. Les chercheurs cherchent à savoir si la taille ou la forme du cortex préfrontal est différent chez les enfants ayant de faibles compétences en fonctions exécutives.
– Différences dans la chimie du cerveau : Les cerveaux des personnes ayant des troubles des fonctions exécutives présentent des dysfonctionnement des circuits de la noradrénaline.
La noradrénaline (ou norépinéphrine) est un composé organique qui joue un rôle d’hormone adrénergique et de neurotransmetteur et qui a un rôle dans l’excitation, l’orientation de nouveaux stimuli, l’attention sélective, la vigilance, les émotions, le réveil et le sommeil, les rêves, l’apprentissage et le renforcement de certains circuits de la mémoire impliquant un stress chronique. La noradrénaline agit les récepteurs adrénergiques alpha et bêta couplés aux protéines G trimériques.  La noradrénaline et la dopamine sont les neurotransmetteurs qui aident le cerveau à maintenir des impulsions de discussion et de contrôle. La norépinéphrine se déplace à travers les cellules nerveuses et transporte des informations au niveau du cortex préfrontal pour être utilisées par d’autres cellules nerveuses et déclencher les réactions. Mais parfois, les cellules nerveuses dans le cortex préfrontal bloque l’utilisation de la noradrénaline. Les enfants ayant des troubles ne sont alors pas en mesure de contrôler les impulsions ou bien maintenir l’attention. C’est aussi ce que l’on observe dans le TDAH.
Les troubles de fonctionnement exécutif ne sont pas un signe de faible QI. La plupart des enfants ayant des problèmes d’apprentissage et d’attention ont un QI moyen ou supérieur à la moyenne.
– Autres causes possibles : Les troubles des fonctions exécutives sont généralement liés à un autre problème de santé. Les enfants atteints de TDAH, de troubles dys, de troubles du spectre autistique, de troubles neurologiques, de troubles de l’humeur… ont souvent des difficultés de fonctionnement exécutif. Les problèmes de fonctionnement exécutif sont également associés à des lésions cérébrales subies, au syndrome d’alcoolisme foetal, certains types de traitements contre le cancer, contre l’épilepsie….

Si votre enfant a des troubles des fonctions exécutives, vous savez combien ces difficultés sont réelles et l’importance des impacts qu’ils peuvent avoir. On entend beaucoup de choses sur ces troubles et il est important de briser les mythes qui les entourent.

Les troubles des fonctions exécutives ne sont pas des signes de paresse ou de manque d’ambition, ils sont bien réels, malgré ce que l’on peut parfois lire ou entendre dans les médias. De nombreuses études ont démontré que ces compétences sont liées à des différences dans la structure et la chimie du cerveau au niveau des zones liées à la concentration et l’attention. 

Les troubles exécutifs ne sont pas uniquement liés au TDAH. Il est vrai que le fonctionnement exécutif peut être un défi pour de nombreux enfants avec TDAH. Mais tous les enfants qui ont des problèmes de fonctionnement exécutif n’ont pas le TDAH, et vice versa. Les chercheurs explorent toujours le lien entre les deux conditions mais savent déjà que les enfants qui présentent le type inattentif du TDAH sont plus susceptibles d’avoir des troubles des fonctions exécutives que les enfants qui sont hyperactifs ou impulsifs.

Les troubles des fonctions exécutives ne disparaissent pas en grandissant, puisqu’il s’agit d’une condition neurologique. Cela ne veut pas dire cependant qu’un enfant avec des problèmes de fonctionnement exécutif ne peut pas améliorer ses compétences exécutives, qui continuent toujours de se développer. Obtenir de l’aide à la maison comme à l’école en utilisant des stratégies et en s’appuyant sur les points forts permet à l’enfant d’apprendre des façons de contourner les faiblesses avec l’organisation, la planification et la gestion du temps.

Les écoles peuvent et doivent faire des aménagements pour palier aux troubles exécutifs, même si les causes des difficultés ne sont pas encore déterminées par un diagnostic. L’enseignant peut utiliser des stratégies en classe. N’hésitez pas cependant à procéder à une évaluation clinique de votre enfant pour connaître ses défis spécifiques d’apprentissage. Si votre enfant a un handicap tel qu’un trouble spécifique des apprentissages et/ou un TDAH, il peut être admissible à un plan d’enseignement spécifique PPS, PAP, PPRE ou PAI (cf doc : école inclusive, quel plan pour qui ?) pour un aménagement formel des enseignements. Ceux-ci peuvent inclure le temps supplémentaire pour effectuer des tests ou un tableau de renforcement positif pour aider votre enfant à améliorer le contrôle de l’impulsivité en classe.

Il y a un certain nombre de façons d’aider à l’amélioration des compétences exécutives de votre enfant. L’école de votre enfant peut utiliser des stratégies et des programmes d’enseignement spécifiques. A la maison, vous pouvez expérimenter différents outils pour renforcer les compétences d’organisation comme des tableaux de renforcement positifs, des pictos, des graphismes, des listes, des jeux. Il y a de multiples façons de stimuler les compétences de mémoire et d’améliorer la flexibilité de la pensée. Apprendre et lire sur le fonctionnement des compétences exécutives peut vous aider à comprendre votre enfant et déterminer les meilleures stratégies pour l’aider.

Voici quelques ouvrages qui pourront vous y aider (liens partenaires)
   

Advertisements

Une réflexion sur “Troubles des fonctions exécutives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s