TDAH et troubles émotionnels

les symptômes émotionnels sont fréquents dans le TDAH et sont même parfois au premier plan des retentissements du trouble, même en dehors de comorbidités telles qu’un trouble anxieux ou dépressif avéré. Ces symptômes émotionnels dont la fréquence est forte et les retentissements importants peuvent prendre la forme de crises de colère intenses, souvent en réaction à de la frustration, ou de labilité émotionnelle et d’irritabilité. Les difficultés émotionnelles sont souvent présentes lorsque le TDAH est associé à un TOP.
Néanmoins, ces troubles de l’émotion ne sont pas spécifiques au TDAH et la difficulté d’un diagnostic différentiel se pose alors, notamment chez l’adulte et l’adolescent avec un trouble bipolaire ou de la personnalité. Compte-tenu de la nécessité de les différencier du trouble bipolaire, certains auteurs ont proposé de les individualiser sous les termes « dysrégulation sévère de l’humeur » (severe mood dysregulation) ou « dysrégulation de l’humeur avec dysphorie » (temper dysregulation with dysphoria).

Pour repérer ces difficultés de régulations émotionnelles, deux méthodes sont possibles, la critériologie et l’approche clinique. L’analyse clinique reste plus important que les critères.

L’explosivité et la labilité émotionnelle sont des facteurs majeurs d’adaptation. Le déclenchement d’inhibition pour calmer les troubles se fait au prix de l’anxiété. Il est primordial d’apprendre à l’enfant à accueillir, comprendre et gérer ses émotions et non pas à les cacher ou les inhiber. Les fortes réactivités émotionnelles non gérées vont souvent déclencher un rejet de l’entourage qui finira par amener l’enfant à refouler ces émotions. Chez les enfants qui ont de basse réactivité émotionnelle, le TDAH fait boule de neige et ils ont davantage de risques de développer des comorbidités que les enfants qui ont de fortes réactions émotionnelles.

Voici quelques ouvrage d’aide à la gestion des émotions:
2883533377 Emotions, mode d’emploi
Christel Petitcollin
2317004125 Gestion des émotions – 35 activités pour aider votre enfant à mieux vivre les émotions
Gilles Diederichs
2501085582

Que se passe -t-il en moi ?: Mieux vivre ses émotions au quotidien
Isabelle Filliozat
2702912168Les émotions, comment ça marche ? : 42 cartes pour décoder son humeur du moment et apprendre à gérer ses émotions
Andrea Harm
B00VBDBODM Bioviva – 10047 – Jeu Avoir Confiance En Lui
Bioviva

Différentes études et différents modèles impliquant ces dysrégulations émotionnelles dans le TDAH se sont penchés sur le sujet. En voici un tour d’horizon :

¤ Ajustements cognitivoémotionnels familiaux face au TDAH.
outre l’impact psychosocial du TDAH, étude de sa dimension relationnelle et familiale chez des enfants concernés, par une analyse des ajustements cognitivoémotionnels familiaux, pour tenter de mieux comprendre les processus par lesquels le TDAH influe sur l’ensemble de la dynamique familiale. L’analyse révèle que le TDAH interfère avec le fonctionnement psychosocial et familial de l’enfant sur trois niveaux de processus :
1) des difficultés d’ajustement cognitivoémotionnel chez l’enfant TDAH liées à des perturbations des processus de rétrocontrôle des fonctions exécutives ;
2) des difficultés d’ajustement dans les interactions familiales quand les manifestations TDAH de l’enfant restent peu comprises ; 3) des effets cumulés de comorbidités multiples chez l’enfant et les parents qui compliquent les processus familiaux d’adaptation cognitivoémotionnelle au TDAH.
La documentation d’effets tant directs (TDAH) qu’indirects (comorbidités) souscrit la nécessité d’approfondir l’investigation de la dynamique familiale en présence du TDAH, qui se révèle être un important facteur de risque de détérioration de la qualité de vie familiale. Cette analyse souligne la nécessité d’une approche clinique intégrant une évaluation et une prise en charge systématique des processus d’ajustements familiaux, pour améliorer l’implémentation de programmes préventifs et thérapeutiques, comme le programme multisite Européen FACE© (pour Facilitation des Ajustements Cognitivo-Emotionnels) visant à aider les enfants et leur famille devant faire face au TDAH et à ses implications.

modèle Hyperréactivité émotionnelle (Barkley, 2009)          
Déficit d’inhibition des émotions Impulsivité émotionnelle Intolérance à la frustration ; colères explosives ; difficultés comportementales sévères
modèle Déficit d’autoregulation émotionnelle (DESR) Barkley 2009/2010
¤Impulsivité émotionnelle- lié au déficit d’inhibition
¤ Faible inhibition de comportements inappropriés en lien avec des émotions fortes
¤ Faible tolérance à la frustration,impatience
¤ Facilement en colère, tempérament excitable, s’ennuie facilement
¤ Difficultés à contrôler les émotions face à des situations inductrices
¤ Déficit dans la régulation « top-down » (auto-apaisement, changement de focus attentionnel)
¤ Difficultés à induire des états émotionnels contrôlables
¤ Déficit motivationnel et d’éveil dans des activités ciblées

modèle « Severe Mood Dysregulation »(Leibenluft et al, 2003, Biederman et al, 2010)
•Début des symptômes avant 12 ans
•Troubles de l’humeur avec prédominance de colère et de tristesse
⇒retentissement sur l’environnement
• Hyperexcitation
• Crises clastiques sévères

• Fréquence des symptômes : 3×/ semaine, durant au moins 12 mois, absence de période sans symptôme > à 2 mois

• Absence de symptômes cardinaux évocateurs d’épisodes maniaques (exaltation de l’humeur, idées de grandeur,
augmentation de l’estime de soi, diminution du besoin de sommeil)
• Adaptation de l’approche sémiologique chez des enfants présentant les troubles du comportement évoqués ci-dessus
modèle Hyperréactivité émotionnelle
Associé à :
• Difficultés d’autorégulation émotionnelle
• Problématique d’inhibition émotionnelle
• Difficultés de gestion des émotions positives et négatives

améliorer la « Régulation émotionnelle » ( Gottman et al, 1989) :
• Inhiber des comportements inappropriés associés à des émotions trop fortes, qu’elles soient positives ou négatives
• S’auto-rassurer (réguler) après un stimuli émotionnel qui a provoqué des effets physiologiques
• Focaliser son attention sur un autre stimuli
• Réorganiser son comportement autour d’un autre événement

TDA/H et Emotions (Etude de la gestion des émotions et du ressenti hédonique dans une population TDA/H selon différentes approches, étude d’une population TDA/H en comparaison d’un groupe témoin).
Outils utilisés :
¤  Approche catégorielle : ADHD Rating Scale (DuPaul, 1998)
¤ Approche dimensionnelle : Child Behavior CheckList (CBCL, Achenbach, 1991)
¤ Utilisation du profil de dysrégulation émotionnelle CBCL ( Biederman et al, 2004)

¤ Approche tempéramentale :
– Questionnaire de Régulation Emotionnelle pour Enfants et Adolescents (ERQ-CA, Gullone et al, 2010) :  Questionnaire qui permet de déterminer un profil de régulation émotionnelle, intéressant à évaluer chez des enfants présentant des troubles du comportement associés à une hyperréactivité émotionnelle, il évalue 2 stratégies de régulation émotionnelle : la réévaluation cognitive avant une exposition à une situation, associée une meilleure gestion des émotions positives et négatives ainsi que la suppression des émotions négatives, qui présente un coût psychologique plus important)

– Questionnaire de Tempérament Cyclothymique et Hypersensitif (Hantouche, Kochman
et Akiskal, 2001)
¤ Comportements à risques : Score IBC (Injury Behavior Checklist), nombre d’ hospitalisations, blessures, violences scolaires subies, accidents domestiques
¤ Test d’Hédonie Visuelle : Evaluation du plaisir ressenti avec présentation de photos générant de l’hédonie de plus ou moins forte intensité selon un protocole standardisé

Résultats :
• Pas de différence significative dans la perception de l’hédonie, mais temps de réaction plus long pour le groupe témoin

• Au sein du groupe TDAH, on trouve une corrélation positive entre tempérament et trouble anxieux avec la sévérité du TDA/H, le tempérament cyclothymique et hypersensitif, les conduites à risques (nb hospitalisations, violences scolaires et accidents domestiques)
• Au sein du groupe TDAH, on trouve une corrélation positive entre sévérité du TDA/H et stratégies de régulation des émotions de type « suppression des émotions », par ailleurs les stratégies de type «ré-évaluation cognitive» sont acquises en
majorité mais probablement de façon plus tardive. Ces stratégies sont corrélées au tempérament anxieux (par un mécanisme d’anxiété anticipatoire?) mais pas au trouble anxieux (sidération anxieuse?)
• Les conduites à risques sont corrélées positivement au TDA/H, au Trouble Oppositionnel avec Provocation et au Trouble des Conduites, le score à l’ADHD-RS est prédictif des conduites à risques.
Plus de documents :

Ici, un excellent diapo sur le TDAH et les troubles associés et leur gestion TDAH & Co, comprendre et agir
et également…
Clinique Focus, trucs et astuces pour la gestion des émotions

AKH, Le TDAH et les capacités socio-émotionnelles
TDAH mon amour, 6 conseils pour gérer les émotions
ulaval, relaxation

¤ Etude psychologique des déficits ou dysfonctionnements de l’attention …
¤ Le TDA/H comme trouble de l’inhibition comportementale et de l’auto-contrôle : le modèle de Barkley
¤ Les troubles de comportement externalisés : de l’étiologie à l’intervention différentielle
¤ Le cerveau de l’hyperactif : entre cognition et comportement
¤ approche neurocognitive du TDAH

 
Advertisements

2 réflexions sur “TDAH et troubles émotionnels

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s