Dyslexie ? la comprendre et l’accompagner [2]

Nous avons pu dans une première partie définir la dyslexie et comprendre comment elle empêchait l’apprentissage de la lecture. Reprenons la liste des interrogations qui l’accompagne… avec des réponses scientifiquement éprouvées… Si les informations ci-après sont plus particulièrement rédigées pour la prise en charge d’un enfant, il faut préciser que la dyslexie est un trouble qui perdure tout au long de la vie, et que tout ce qui suit, comme ce qui précédait est également applicable pour la prise en charge d’un adolescent ou d’un adulte qui souffre de dyslexie, même si une prise en charge précoce permet de meilleur progrès et d’éviter d’accumuler trop de lacunes et de retard dans le développement des compétences liées à la dyslexie.

Avant même de continuer, il est à noter encore une fois que les troubles dys, comme le TDAH, font l’objet d’études sérieuses et bénéficient de preuves avérées, vérifiées et vérifiables, reproductibles, visibles, mesurables…. dans leur origine biologique, génétique, cérébrale, neuronale… et que ce ne sont donc en aucun cas des vues de l’esprit ou des troubles provoqués par une mère castratrice et des angoisses de castration, l’absence du père ou un défaut d’éducation… comme certaines approches peuvent encore laisser l’entendre…

Quelles sont les causes de la dyslexie?

Si les chercheurs doivent encore identifier les causes exactes de la dyslexie, on sait que les gènes et les différences cérébrales pourraient influer sur les risques de dyslexie d’un enfant. Voici quelques-unes des causes possibles de dyslexie :

Les gènes et l’hérédité (The human lexinome: Genes of language and reading) : la dyslexie est souvent familiale. Si votre enfant est dyslexique, il y a une possibilité que vous ou un autre parent puisse l’être aussi. Environ 49% des parents et 40% des frères et sœurs d’enfants dyslexique peuvent rencontrer les mêmes troubles de lecture. Les scientifiques ont également trouvé plusieurs gènes associés à la lecture et au traitement du langage. Cinq gènes de prédisposition et régulateurs de gènes  associés à la dyslexie ont été identifiés comme impliqués dans la migration neuronale au cours du développement fœtal (DCDC2, READ1, KIAA0319, DYX1C, ROBO1, dyslexia1 ; Gruen – American Journal of Human Genetics ; Fisher & DeFries,2002; Williams & O’Donovan, 2006 ; Taipale et al., 2003 ; Wang et al., 2006).
Afficher l'image d'origine
l’anatomie du cerveau : Avoir une dyslexie ne signifie pas que votre enfant n’est pas brillant, et de nombreuses personnes souffrant de dyslexie ont d’ailleurs une intelligence supérieure à la moyenne, mais leur cerveau fonctionne différemment du cerveau des personnes sans dyslexie.
Trois principales zones de l’hémisphère gauche du cerveau humain sont impliquées dans la lecture et son acquisition (Démonet, Taylor, & Chaix, 2004; B. A.Shaywitz et al., 2002) : la jonction occipito-temporale, le gyrus frontal inférieur, et la jonction pariéto-temporale. Le planum temporale (PT) est un gyrus du lobe temporal du cortex cérébral situé sur la face supérieure du gyrus temporal supérieur. Le planum temporal joue un rôle dans la compréhension du langage. Il est généralement plus grand dans l’hémisphère dominant (le côté gauche du cerveau pour les droitiers) que dans l’hémisphère droit. Mais pour un enfant dyslexique, le planum temporale est généralement de la même taille sur les deux côtés gauche et droit du cerveau.
L’activité cérébrale :
L’imagerie cérébrale anatomique et fonctionnelle permet de mieux comprendre les mécanismes associés et les chercheurs observent de mieux en mieux les aires cérébrales affectées aux différentes fonctions, des désordres neuronaux dans certaines régions ou encore un déficit de connexion entre les aires visuelles et celles du langage.
Pour être en mesure de lire, nos cerveaux doivent traduire en sons des symboles visuels, puis combiner ces sons en mots significatifs. Généralement, les zones du cerveau responsables des compétences linguistiques travaillent d’une manière prévisible, mais pour un dyslexique, ces zones ne fonctionnent pas ensemble de la même manière, et les enfants ayant des problèmes de lecture finissent par utiliser différentes zones du cerveau pour compenser.
Le cerveau peut effectivement changer, c
e concept est connu sous le nom de « neuroplasticité. » Des études montrent les modifications de l’activité du cerveau chez les personnes atteintes de dyslexie après qu’ils reçoivent un soutien scolaire approprié. Qu’est-ce que cela signifie ? qu’avec l’aide appropriée, on peut apporter des améliorations réelles et durables dans la capacité de lecture. La connaissance et la compréhension de la façon dont le cerveau se « rebranche » lui-même peut aussi conduire
à l’avenir à une aide encore plus efficace pour la dyslexie, en faisant intervenir …
Des facteurs environnementaux :  Un environnement linguistique et intellectuel stimulant, un bon accompagnement de l’enfant,2843193613 avec un repérage précoce, réduisent le risque de sévérité des troubles et de retard scolaire. Des études épidémiologiques ont montré que la dyslexie est plus fréquente ou en tout cas plus sévère chez les enfants qui ont un langage très pauvre. Le déficit de vocabulaire empêcherait le cerveau de faire le lien entre le mot écrit et sa signification. L’utilisation simultanées d’images + mots écrits + dictions, toucher ou réaliser des lettres en volume,  pourrait ainsi grandement améliorer cette capacité à faire la liaison entre les différentes aires de reconnaissances du langage. Le travail du rythme peut également permettre l’amélioration des symptômes.

Quels sont les symptômes de la dyslexie?

Parce que la dyslexie affecte certaines personnes plus sévèrement que d’autres, les symptômes de votre enfant peuvent être différents de ceux d’un autre enfant. Certains enfants souffrant de dyslexie ont des problèmes avec la lecture et l’orthographe. D’autres pour écrire ou lire de gauche à droite, d’autres encore avec le calcul et les chiffres également. Certains enfants ne semblent pas en difficulté avec la lecture précoce et l’écriture de base, mais rencontrent du mal plus tard avec des compétences complexes linguistiques, telles que la grammaire, la compréhension en lecture et l’écriture complexe.
La dyslexie peut aussi empêcher de s’exprimer clairement.
Il peut être difficile de structurer les pensées pendant la conversation et trouver les bons mots. D’autres luttent pour comprendre ce qu’ils entendent, cela est particulièrement vrai avec le langage non littéral et implicite, tels que les blagues et les sarcasmes.
Les signes de repérages sont ainsi différents selon chaque enfant et à différents âges.
Certains des signes d’avertissement pour la dyslexie, comme un retard de la parole, pourraient être détectés avant même l’entrée en école maternelle. La dyslexie est pourtant essentiellement identifiée à l’école primaire : les demandes scolaires devenant plus exigeantes, les difficultés de traitement du langage deviennent plus apparentes. Beaucoup d’enfants ont quelques difficultés occasionnelles dans l’acquisition de la lecture et de l’écriture, mais les enfants souffrant de dyslexie ont davantage de difficultés, et elles ne disparaissent pas.

Les signes à surveiller pour un repérage précoce :

Signes d’avertissement préscolaire / maternelle

  • A du mal à reconnaître les lettres de l’alphabet
  • mauvaise correspondance des lettres à leur sonorité,
  • Difficulté de reconnaissance des sons mélangés au sein des mots, comme la connexion CH + A + T muet dans « chat »
  • Difficultés à prononcer les mots correctement, comme disant « botoggan » au lieu de « toboggan »
  • Difficulté à apprendre de nouveaux mots
  • Retard de vocabulaire en rapport aux enfants du même âge
  • Difficultés d’apprentissage pour compter ou pour les jours de la semaine ou d’autres séquences de mots communs
  • Il a du mal rimes

Signes d’avertissement école primaire et collège

  • difficulté avec la lecture et l’orthographe
  • Confond l’ordre des lettres
  • A du mal à se souvenir des faits et des chiffres
  • A de la difficulté à saisir un crayon
  • A la difficulté à utiliser la grammaire
  • A la difficulté à apprendre de nouvelles compétences et se repose en grande partie sur la mémorisation
  • Compte mais ne résout par les problèmes posés en mots de mathématiques
  • Difficile de sonder des mots inconnus et nouveaux
  • Difficulté à suivre une séquence de directions

    Signes d’avertissement collège et lycée

  • Luttes avec la lecture à haute voix
  • Ne pas lire au niveau de qualité attendu
  • Incompréhension des blagues ou des idiomes
  • Difficulté d’organisation et de gestion du temps
  • Difficultés à résumer une histoire
  • Difficulté à apprendre une langue étrangère

Quelles compétences sont affectées par la dyslexie?

La dyslexie ne touche pas seulement la lecture et l’écriture. Voici quelques compétences et activités affectées au quotidien par ce trouble d’apprentissage :

  1.     Les compétences sociales : Il y a plusieurs façons dont la dyslexie peut affecter la vie sociale de l’enfant. Les difficultés scolaires peuvent conduire l’enfant à se sentir inférieur aux autres. L’enfant peut cesser d’essayer de se faire de nouveaux amis ou éviter les activités de groupe. L’enfant peut aussi avoir du mal à comprendre l’humour ou les sarcasmes. Vous pouvez aider au décodage de l’humour et aussi essayer différentes stratégies pour améliorer l’estime de soi.
  2.     La compréhension : Les personnes souffrant de dyslexie ont tendance à être de meilleurs auditeurs que lecteurs. Mais la dyslexie, comme différents autres troubles, peut rendre difficile le filtrage des bruits de fond. Cela signifie que l’enfant pourrait avoir du mal à suivre ce que dit l’enseignant dans une salle de classe bruyante. Etre assis près de l’enseignant peut aider à réduire les distractions. (Sperling, Anne, et al. « Deficits in Perceptual Noise Exclusion in Developmental Dyslexia. » Nature Neuroscience 8 (2005): 862–63. Nature.com. Nature Publishing Group. http://www.nature.com/neuro/journal/v8/n7/abs/nn1474.html)
  3.     La Mémoire : Les enfants atteints de dyslexie peuvent prendre tellement de temps pour lire une phrase qu’il devient difficile de se souvenir de la phrase précédente. Cela rend difficile de saisir le sens du texte. L’écoute d’une version audio ou l’utilisation d’autres types de technologies d’assistance peut aider (Méthode Pédagogique Informatique pour Dys ; La table de multiplication en 10 minutes + le jeu)
  4.     La Navigation : Les enfants atteints de dyslexie peuvent lutter avec les concepts spatiaux tels que «gauche» et «droite». Cela peut conduire à des craintes du sujet de se perdre dans les couloirs de l’école et d’autres lieux, familiers ou non. L’utilisation d’un système de jumelage peut aider à la transition de classe en classe. Des jeux d’orientation peuvent aider à développer ces compétences tout en s’amusant.
  5.     La gestion du temps : La dyslexie peut altérer la perception du temps. Une alarme, un calendrier ou une horloge imagée et d’autres outils peuvent aider enfants comme adultes à la gestion du temps.

    Spiro, Linda. « The Most Common Misdiagnoses in Children. » Childmind.org. Child Mind Institute. http://www.childmind.org/en/posts/articles/2013-4-9-most-common-misdiagnoses-children
    Barbaresi, William, et al. « Math Learning Disorder: Incidence in a Population-Based Birth Cohort, 1976–82, Rochester, Minn. » Ambulatory Pediatrics 5.5 (2005): 281–89. Web.
    – « Parent Center Listing. » Parentcenternetwork.org. Parent Center Network. Web. http://www.parentcenternetwork.org/parentcenterlisting.html

    Pourquoi et Comment diagnostiquer la dyslexie ?

    Trouver l’origine des problèmes de lecture de l’enfant permet d’apporter les aides appropriées. Les enseignants peuvent utiliser ces informations pour déterminer les bonnes méthodes d’enseignement à utiliser, pour la lecture bien sûr, mais pas uniquement. Un diagnostic peut également permettre l’accès à davantage de ressources et au soutien scolaire, un tutorat avec un spécialiste de la lecture, un ordinateur portable…
    Il n’y a pas de test unique pour la dyslexie, et une identification formelle implique souvent une équipe de professionnels pluridisciplinaire.
    Dans le cadre du processus d’évaluation, on peut vous demander de remplir des questionnaires sur les points forts et les faiblesses de votre enfant. Les enseignants de votre enfant peuvent être invités à faire la même chose. Voici les étapes:

    Étape 1 : examen médical général. test de la vision et de l’audition pour contrôler l’incidence sur la capacité à lire, contrôle développemental,  lien familial de problèmes de lecture ou d’autres problèmes d’apprentissage.

    Étape 2 : examen spécialisé. test par un psychologue ou un autre professionnel des questions d’apprentissage (orthophoniste…) Ces spécialistes peuvent fournir des indications sur la façon dont l’enfant pense grâce à des tests permettant de trouver forces et faiblesses : lire des mots, faire des rimes, orthographe et écriture, entre autres choses… Les tests psychologiques peuvent également déterminer si le TDAH, l’anxiété, la dépression ou d’autres problèmes interfèrent avec l’apprentissage.

    Étape 3 : Emulation. L’ensemble des différents résultats permettent une conclusion et des recommandations sur la façon d’aider votre enfant. Dans la dyslexie, un tutorat pour la formation de la conscience phonologique peut aider à améliorer la compréhension de votre enfant sur la façon dont les sons et les lettres vont de pair. Il n’est jamais trop tôt pour commencer à se poser des questions et obtenir de l’aide. Plus tôt l’enfant commence cette rééducation, meilleures sont les chances de contrer les difficultés. Il y a des ressources pour aider les nourrissons et les tout-petits à développer les compétences linguistiques nécessaires pour devenir de bons lecteurs. Des évaluations gratuites pour les enfants de moins de 3 ans sont également possibles en PMI ou en CAMSP, avec des interventions précoces. Il n’est jamais trop tard non plus ! Ainsi, on trouve des outils pour tous les âges et pour différents types de difficultés.

    Construire la conscience phonologique (+ DVD) mater
    Apprendre la conscience phonologique avec des jeux de cartes (+ CD-Rom) mater/primaire, cycle 1 et 2
    Conscience phonologique et compétences orthographiques primaire, cycle 3
    100 exercices pour comprendre un texte adultes et adolescents
    2210961300L’Orthophoniste
    , Mim – 9-11 ans, roman pour s’amuser et dédramatiser la rééducation orthophonique

    … A suivre… Dyslexie ? la comprendre et l’accompagner [3] pour explorer plus avant les pistes de prise en charge.

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “Dyslexie ? la comprendre et l’accompagner [2]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s