TDAH et tempête émotionnelle

2masks-833420_640J’ai déjà évoqué dans un précédent article les troubles émotionnels présents dans le TDAH et quelques études et modèles qui traitent de ce sujet. Le TDAH est souvent déclencheur d’émotions intenses et exagérées.

Le docteur Thomas Brown l’explique dans un diaporama d’Additude : «Les défis de traitement des émotions commencent dans le cerveau lui-même. Parfois, les troubles de la mémoire de travail liée au TDAH permettent momentanément à l’émotion  de devenir trop forte, inondant le cerveau avec une intense émotion. »

Les critères diagnostics du TDAH ne comportent pourtant encore aucun élément ni ne mentionnent ces troubles émotionnels et peu de médecins les prennent en considération. Pourtant, les recherches révèlent que les personnes souffrant de TDAH ont davantage de difficulté à la gestion des émotions par rapport à un groupe témoin : faible tolérance à la frustration, impatience, tempérament « chaud », excitabilité… .  A l’inverse, à d’autres moments, elles semblent insensibles ou ignorer les émotions des autres. Les réseaux de connectivité transportant des informations relatives à l’émotion semblent dysfonctionner chez les personnes atteintes du TDAH. Certaines personnes atteintes de TDAH ne souffrent pas d’un manque de prise de conscience des émotions importantes mais d’une incapacité à tolérer ces émotions pour les gérer efficacement. Ils se retrouvent alors pris dans des modèles de comportement -l’évitement par exemple- pour éviter des émotions douloureuses qui semblent trop écrasantes.

Egalement, une anxiété sociale significative est une autre difficulté chronique vécue par plus d’un tiers des adolescents et des adultes atteints de TDAH. Ils vivent presque constamment avec des craintes exagérées d’être vus par les autres comme incompétents ou désagréables.

Pour de nombreux adultes atteints du TDAH, le mécanisme de régulation des émotions ne différencie pas les menaces dangereuses des difficultés mineures. Le « mode panique » est déclenché par des pensées ou des perceptions qui ne justifient pas une telle réaction. En conséquence, le cerveau du TDAH ne peut pas traiter de façon plus rationnelle et réaliste des événements vécus comme stressants.

Sans traitement ou avec une prise en charge insuffisante, les personnes atteintes de TDAH peuvent également souffrir de dysthymie – une forme légère mais à long terme de dépression ou de tristesse. Cette dysthymie est souvent provoquée par une accumulation de frustrations, d’échecs, de rétroaction négative, et les contraintes de vie. La dysthymie augmente l’épuisement et contribue à la faible estime de soi.

Emotions et Mise en route : Les émotions motivent l’action – l’action à engager ou à éviter. Sans traitement, pour beaucoup d’individus avec TDAH, mobiliser son intérêt pour des activités offrant une gratification très immédiate est facile, mais l’activation et le maintien de l’effort pour les tâches qui offrent des récompenses à plus long terme est beaucoup plus difficile. On voit dans des études d’imagerie que les neurotransmetteurs qui activent les circuits de récompense relient moins de récepteurs chez les patients avec TDAH que dans les groupes contrôle. Les personnes atteintes de TDAH sont moins en mesure d’anticiper le plaisir ou la satisfaction des tâches pour lesquelles le gain est retardé.

Les émotions et la mémoire de travail : Selon Thomas Brown,  une réponse extrême pourrait être provoquée par une «inondation» émotionnelle momentanée qui submerge tout. Ce focus sur l’émotion évince d’autres informations importantes qui pourraient aider à moduler la colère et réguler le comportement. Une extrême sensibilité au désaccord, une émotion saillante, causent un décalage de l’attention à d’autres aspects d’une situation.  Par exemple, une incertitude dans la réaction à une suggestion peut conduire à interpréter cela comme une critique et entraîner une explosion inappropriée d’auto-défense, un refus peut provoquer la fureur.
La mémoire de travail met en jeu l’énergie émotionnelle nécessaire pour aider à organiser, soutenir l’attention, assurer le suivi et l’auto-régulation. De nombreux patients atteints du TDAH ont cependant un défaut de mémoire de travail, ce qui peut expliquer pourquoi ils sont souvent désorganisés, perdent leur calme, ou remettent à plus tard.
Parfois, les troubles de la mémoire de travail du TDAH permettent à l’émotion de devenir trop forte, alors qu’à d’autres moments, un défaut d’attention n’a pas permis de capter des informations émotionnelles pertinentes et donne une impression d’insensibilité.

Prendre en charge les défis émotionnels du TDAH nécessite une approche multimodale : cela commence par une évaluation individuelle minutieuse et précise du TDAH et son effet sur les émotions. La médication peut améliorer les réseaux émotionnels cérébraux. Une thérapie par la parole peut aider à gérer les peurs ou la faible estime de soi. Un Coaching peut aider à surmonter des problèmes ou à développer des stratégies pour accomplir des tâches ennuyeuses.

Le Syndrome de Détresse Emotionnelle associée au TDAH a été récemment identifié et nommé par James Ochoa, qui travaille sur le TDAH depuis plus de 27 ans. James Ochoa est thérapeute, écrivain et conférencier… lui même diagnostiqué avec un TDAH. Il est le fondateur et directeur du Life Empowerment Center à Austin au Texas, où il reçoit des patients en groupe et en séances privées et offre des formations à ses pairs dans le domaine de la santé mentale, également ancré dans la neuroscience. Il a également observé que le syndrome de détresse émotionnelle mène à la colère, la faible estime de soi, et l’incapacité à contrôler résultant des tempêtes émotionnelles chez ses patients. Selon lui, bien que les médicaments et la thérapie comportementale aide à gérer l’attention et améliore l’hyperactivité, ils font assez peu pour le syndrome de détresse émotionnelle. Aussi, Ochoa a créé des stratégies pour mieux gérer les perturbations dévastatrices causées par le trouble. Il présente très prochainement -ce 10 novembre 2016-  un webbinar sur Additude (anglophone) pour expliquer son approche : symptômes du syndrome de détresse émotionnelle, une forme déguisée de trouble de stress post-traumatique et comment il affecte la vie quotidienne et le bien-être ; des outils pour les tempêtes émotionnelles et la construction et le maintien de l’estime de soi.

D’autres articles :
¤ Study: Many With ADHD Can’t Control Emotions
¤ Le TDAH et les capacités socio-émotionnelles
¤ La régulation des émotions
¤ Social and emotional impairment in children and adolescents with ADHD and the impact on quality of life (PM Wehmeier, A Schacht, RA Barkley – Journal of Adolescent Health, 2010 – Elsevier)
¤ Emotional lability in children and adolescents with attention deficit/hyperactivity disorder (ADHD): clinical correlates and familial prevalence (E Sobanski, T Banaschewski… – Journal of Child …, 2010 – Wiley Online Library)
¤ Emotion understanding in children with ADHD (D Da Fonseca, V Seguier, A Santos, F Poinso… – Child psychiatry and …, 2009 – Springer)
¤ Aspects of social and emotional competence in adult attention-deficit/hyperactivity disorder. (SR Friedman, LJ Rapport, M Lumley, A Tzelepis… – …, 2003 – psycnet.apa.org)

 

Publicités

Une réflexion sur “TDAH et tempête émotionnelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s