TDAH et troubles sensoriels

Les troubles du traitement sensoriel (ou dysfonction du traitement de l’information sensorielle) surviennent quand une personne éprouve de la difficulté à interpréter les stimuli sensoriels, ce qui déclenche des troubles de l’humeur et du comportement. Les personnes touchées semblent submergées par ce qui paraît être pour toute autre personne un niveau normal de stimuli sensoriels (par ex., un bruit ordinaire, de la lumière, un simple toucher). Il est important de savoir à quel moment une personne éprouve des troubles du traitement sensoriel, car il y a des façons de déterminer quels sont les déclencheurs sensoriels et de fournir un meilleur « régime sensoriel ». Ici, un article très complet sur les troubles sensoriels si vous souhaitez aller plus loin après la lecture de cette page.

Le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) et les troubles sensoriels sont deux choses différentes, mais qui peuvent également coexister. Ils ont également des symptômes et retentissements communs (anxiété, agitation, émotivité…)  ce qui peut les rendre difficiles à distinguer l’un de l’autre, d’autant qu’il existe aussi une difficulté de filtrage des informations dans le TDAH. Les troubles sensoriels sont des troubles de la perception des stimulations en provenance de l’environnement et touchant les organes des sens (yeux, nez, oreilles, peau, langue).

Voici une vidéo très complète sur la modulation sensorielle suivie d’une seconde vidéo sur son évaluation (le son est assez mauvais, j’en suis navrée !). Ces deux vidéos évoquent les liens des troubles sensoriels avec le TDAH, les troubles autistiques, les troubles dys, ou d’autres atteintes neurologiques. Pour terminer, un tableau propose des astuces pour différencier le TDAH des troubles sensoriels et quelques adaptations qui pourront aider à les soulager.

Comment les reconnaître ? Quoi faire ?

TDAH Troubles sensoriels
  Qu’est-ce ? Une condition neuro-biologique qui perturbe l’attention avec ou sans hyperactivité motrice.
Une hyper ou une hypo sensibilité aux stimulis sensoriels (images, sons, saveurs, odeurs et textures…)
Signes
  • Semble rêveur, confus, semble ne pas écouter
  • Crises de colère et pleurs (liés au manque de contrôle émotionnel, impulsivité, défaut d’inhibition)
  • Difficultés d’organisation et d’accomplissement des tâches
  • S’ennuie facilement à moins qu’une activité soit très agréable (motivation)
  • Difficultés à suivre les consignes
  • Difficultés à rester assis, à faire des  activités silencieuses
  • Impatience, difficultés à attendre son tour
  • Agitation constante, touche à tout
  • Interrompt les gens, parle de façon inappropriée
  • Difficultés à relier les conséquences de ses actes
  • Joue brusquement, prend des risques physiques
Hyper-sensibilité:

  • Difficultés de concentration liée à l’impossibilité de filtrer les distractions
  • N’aime pas être touché, perçoit des sons et odeurs que les autres ne remarquent pas
  • A des effondrements, fuit ou devient bouleversé dans les endroits bruyants, bondés
  • A des craintes pour sa sécurité même quand il n’y a pas de danger réel
  •   Difficultés face aux changement et aux nouveautés (nouvelles routines, nouveaux lieux, …)
  • Se déplace et bouge car inconfort et mal à l’aise.
  • Hypersensibilité aux vêtements.

hyposensibilité:

  • Besoin de toucher les gens ou les choses
  • Difficulté à mesurer et respecter l’espace personnel des autres
  • Maladroits, peu coordonnés
  • Tolérance élevée face à la douleur
  • Joue brusquement, prend des risques physiques
Impact affectif et social possible Les problèmes liés au respect des règles sociales peuvent rendre les amitiés difficile à créer et garder. Une rétroaction négative fréquente liée au manque d’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité peut avoir un impact sur l’estime de soi et la motivation, faire sentir à un enfant qu’il est «mauvais» ou «pas bon», et faire s’installer un Trouble d’Opposition avec Provocation.
Se sentir anxieux ou éviter les endroits bondés et bruyants peut rendre difficile la sociabilisation.
Les pairs peuvent éviter ou exclure un enfant parce qu’il joue trop brusquement ou ne respecte pas son espace personnel.
Des professionnels qui peuvent vous aider
  • Pédiatres, neurologues et pédo-psychiatres du comportement et du développement :
    Diagnostiquer le TDAH et prescrire le méthylphénidate s’il est nécessaire.
    Les médecins doivent également chercher d’autres troubles, comme l’anxiété, pour un diagnostic positif et/ou différentiel.
  • Psychologues pour enfants : Fournir une thérapie comportementale et cognitive pour enseigner aux enfants des compétences pour gérer émotions, actions et interactions. Repérer, grâce à des tests, le TDAH et orienter vers les médecins, repérer d’autres troubles qui peuvent co-exister. Peut également évaluer pour les questions de troubles des apprentissages.
  • Neuropsychologues : Repérer le TDAH et les troubles qui peuvent co-exister. Peut également évaluer pour les troubles d’apprentissage.
  • Thérapeutes (psychomotricité notamment) : Travaillent sur l’organisation et les compétences en gestion du temps, sur les émotions, la motricité…
  • Pédiatres et pédopsychiatres : Diagnostic, possibilité de prescrire de médicaments contre l’anxiété pour soulager les réponses panique.
  • Ergothérapeutes : Aider les enfants à acquérir des habiletés sociales et d’adaptation pour des situations difficiles. Fournir une thérapie d’intégration sensorielle qui aide les enfants à répondre aux apports sensoriels d’une manière appropriée.
  • Psychologues cliniques pour enfants : Fournir une thérapie comportementale et cognitive pour enseigner aux enfants des compétences pour gérer émotions, actions et interactions. Repérer le TDAH et les troubles qui peuvent co-exister avec les troubles de traitement sensoriel. Peuvent également évaluer les troubles d’apprentissage.
Adaptations scolaires et pédagogiques
Exemple d’ Aménagements scolaires :

  • Temps prolongé pour les contrôles, copies normalisées
  • Un siège près de l’enseignant et loin des distractions
  • Un espace de travail plus grand, adapté pour l’organisation et « privatisé », pour faciliter la tâche
  • Un signal pour attirer l’attention de l’enfant
  • Des tâches successives plutôt que de longues tâches
  • Une routine sur support écrit ou imagé pour les activités quotidiennes
  • Faire des pause pour bouger.
Aménagements scolaires :

  • Un siège à l’écart des sources de bruit gênantes
  • Faire des pauses sensorielle au calme
  • Activité physique pour aider à réguler les émotions, le comportement et le besoin de mouvement
  • Casque anti-bruit (ou écouteurs) pour réduire la stimulation auditive
  • Une chaise adaptée avec marche-pieds, accoudoirs…
  • Un coussin gonflé type coussin dynair ou un oreiller afin qu’il puisse à la fois se tortiller et rester dans son siège
Adaptations à la maison
  • Établir des règles et respectez-les pour aider votre enfant à réfléchir avant d’agir.
  • Créer des routines quotidiennes et des rituels structurés.
  • Diviser les tâches en petits morceaux.
  • Utiliser des avertissements visuels comme des listes de contrôle, des calendriers visuels et des notes collantes pour aider votre enfant à se concentrer, à rester organisé et à faire avancer les choses.
  • Prévoir des pauses pendant les devoirs et le temps d’étude.
  • Créer un travail organisé et une zone d’étude .
  • Aidez à organiser son sac à dos et vérifiez qu’il est nettoyé régulièrement.
  • Donner un avertissement préventif sur les changements dans l’emploi du temps et expliquer ce qu’il peut attendre dans de nouvelles situations.
  • Utiliser des fiches-modèles de comportement pour anticiper les situations difficiles pour lui.
  • Préparer l’enfant aux rassemblements sociaux ou toutes nouvelles situations afin qu’il sache à quoi s’attendre.
  • Gardez des bouchons d’oreilles ou des écouteurs à portée en cas de besoin.
  • Instaurez des pauses et des routines d’exercices de relaxation, des sports ou de la musique.
  • Enseigner à l’enfant les situations dangereuses auxquelles il peut être confronté et ne pas être sensible, telles que le froid intense et la forte chaleur.
  • Utilisez de la vaisselle compartimentée si il est gêné quand les aliments différents se touchent, installez  des variateurs de lumière ou des ampoules colorées pour modifier l’éclairage, choisissez avec l’enfant des vêtements qui lui sont confortables  (sans étiquettes, sans couture, tissus super-doux…)…
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s